blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

Aspet

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

Blog dans la catégorie :
Voyages

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

Aspet

La glace du GER !

Le 16/01/2007

le ger
le ger 

Par ces étés de canicules, nul ne songerait à se passer de la structure solide de l’eau.

Mais il fut d’autres temps où on n’avait guère le choix et des solutions étaient trouvés pour remédier à ce manque.

Les hommes n’étaient jamais à cour d’idée avant que la société de consommation ne nous envahisse. Réfrigérateurs et congélateurs sont de nos jours si familiers que l’on réalise mal une vie sans eux.

A Aspet la glace si utile à la conservation des aliments était fabriquée dans une annexe de la fabrique de parquets « LOUIS Juliette et fils » et plus connu sous le nom de l’ancien propriétaire «  DELAVALLEE ».

Les eaux du GER nécessaires au bon fonctionnement de cette fabrique, étaient utilisés comme matière première dans la fabrication de la glace.  L’eau descendu des montagnes n’avaient rien à voir avec ceux de nos jours, il y avait beaucoup moins de pollution. Bien sur si les eaux du GER étaient troubles, le robinet avec l’eau courante était ouvert.

M. Pierre BACHICHET en était le maître d’œuvre quelques heures par semaine , en parallèle à son travail d’ouvrier dans la fabrique et de gardiennage car il occupait un logement basé sur le site. Il a tenu cette fonction  de fabrication de glace pendant une dizaine d’années jusqu’à la cessation de cette activité  vers 1966, avec l’accru des ventes des appareils frigorifiques.

Il y avait deux moules, un de forme carré de quinze cm sur chaque côtés pour une longueur d’un mètre environ, le second plus petit était de 5kg  pour une vingtaine de cm de long.

La fabrication en elle même était simple, M. BACHICHET remplissait les différents moules d’eau, puis les disposaient dans un bain de saumure le tout recouvert par une grande planche. La saumure, solution aqueuse de sel, permettait par son action chimique associé au jeu d’un compresseur en cuivre, d’où sortait un gaz froid, une combinaison idéale pour que la glace se forme.

 

 

Il fallait tout de même une vingtaine d’heure pour obtenir ces bâtons gelés indispensables à  différents corps de métiers Aspétois parmi lesquelles les boucheries, les charcuteries, les poissonneries, les boulangers et bien sur les cafetiers. La vente aux particuliers était moindre mais l’activité glacière prenait tout son sens lors des fêtes locales. Chacun voulait de la glace et les conditions de conservation ne permettant pas une production de massive, les discutions et marchandages allaient bon train ce qui relevait parfois d’un  film de Pagnol. 

Il y avait une belle ambiance autour de cette glace, cette atmosphère si particulière aux   villages où tout le monde se connaît, se chamaille parfois, se titille souvent mais qui finalement s’aime bien.

 

 

 

 

La pince à linge d’ ASPET

Le 06/01/2007

une ancienne et une récente pince à linge  en bois une pince aspet et une en plastique

une ancienne et une récente pince à linge  en bois
une ancienne et une récente pince à linge en bois 

 

 

De cet objet quotidien si utile, dont on peut difficilement se passer, personne, enfin presque personne ne sait le nom de son inventeur. Le groupe de chanteurs comique des années cinquante, les « Quatre barbus » la célèbre en lui dédiant une chanson en 1949, « la pince à linge » avec des paroles de Pierre DAC et Francis BLANCHE  qui en nomme l’inventeur un certain Jérémie Victor OPDEBEC. Ce dernier aurait eu cette bonne idée en dix-huit cent quatre vingt sept pour soulager entre autres les lavandières. Un suédois, B.O. G. ANDERSSON, serait le père de la pince à linge actuelle en l’améliorant afin qu’elle ne pince plus les doigts. C’est lors de mes discussions toujours enrichissantes avec mes compagnons de balades du club de marche d’ ASPET, que j’ai su récemment que mon village d’adoption avait eu durant une bonne partie du vingtième siècle deux usines de fabrication de pince à linge. Les villages environnants n’étaient pas en reste vue que MILHAS et SOUEICH avaient chacun leur propre usine. Certes nous sommes dans le pays du bois, avec cette matière première en quantité mais de là à imaginer des usines de pince à linge, pas évident ! Des meubles où des objets de décorations en bois cela semble aller de soi. Hélas le plastique a été choisit dans les années soixante pour son coût moins onéreux et se fut la fin de la pince à linge d’ ASPET . La qualité de ces pinces à linge du canton ? une solidité et un maintien sans aucun doute dû au choix du bois pour les fabriquer : le hêtre ! Et n’oublions pas le fil de fer du ressort, plus épais et moins travaillé dans ses spirales que ses consoeurs  actuelles.  Après un passage dans les mains des ouvriers qui débitaient sur différentes machines le bois vert reçu de la scierie, cette matière était transformée en panneau, puis en bûchette. L’étape suivante était le séchage des bûchettes, cette action se nomme « étuvage ». Puis elles étaient rabotées, formées pour leur phase finale. Ensuite venait le tour des ouvrières qui  glissaient deux petites bûchettes dans le ressort grâce à un écarteur, machine manié avec un de leurs pieds. Les ressorts étaient également fabriqués sur place. De nos jours elles ne sont pas chers, produites à foisons mais guère solides, qu’elles soit en bois légers ou en plastiques.  Ils existent désormais différents sortent de pinces à linge :  -         la pince à linge dîtes « normal » avec ou sans ressort, encore fabriquée en bois et surtout en plastique

-         La pince à linge monobloc avec ou sans ressort fabriquée en plastique -         La pince à linge micro ( petit format ) faite le plus souvent en bois léger, utilisée principalement en décoration. Si vous avez quelques spécimens de pinces à linge du canton dans vos greniers commingeois. Gardez les précieusement !!!

 

 

 

 

 

Aspet

Le 04/01/2007

la mairie d'aspet la tour du chucaou et la chapelle miègecoste la fontaine "Henri IV" le cagire

la mairie d'aspet
la mairie d'aspet 

Situé dans le piémont  central pyrénéen,  le chef lieu de canton Aspet fait parti de l’arrondissement de Saint Gaudens dans la zone géographique dîtes Comminges, au sud de la Haute-Garonne. L’un des symboles du canton d’Aspet est le Cagire, superbe montagne dominant le canton à  un peu plus de1800m de hauteur. Le centre bourg est situé à 500m d’altitude sur les hauteurs du village. Avec près d’un milliers d’habitants le village est dominé par  ancienne une tour de signaux appelée « Le Chucaou » et juste en dessous à quelques mêtres par la chapelle Miègecoste, dédié à la vierge Marie. Aspet était au moyen âge le centre d'une baronnie très  importante, annexée au domaine royal par Henri IV. Le donjon vestige des anciennes fortifications du village est devenu le clocher de l’église Saint Martin. Cette église possède un beau carillon de 16 cloches à l’initiative d’André Bouéry le musicien et poète gascon.. En qualité de chef lieu de canton, Aspet dispose d’un collège. Elle possède aussi  en dehors de plusieurs commerces, d’une piscine communale, d’un camping municipal, d’un office du tourisme cantonal, d’une communauté de communes. Par la situation géographique du village d’Aspet  nous sommes entourés de verdures propices à des milliers de ballades sans pour autant être très loin des grandes agglomérations : Saint Gaudens est à 15mn en voiture, Toulouse ou Tarbes à 90 km, la mer à moins de trois heures. La station de ski le mourtis est à une demi heure de route.  Le canton d’Aspet est un lieu idéal où il fait bon vivre. Le maire de la commune d'Aspet est Mme Josette Sarradet qui est aussi conseillère régionale.  Quelques personnalités de la commune d’Aspet : Le musicien et poète gascon André Bouéry (  Luchon 1821-  Pamiers 1879 ), il passe toute son enfance et adolescence à Aspet, village d’origine de sa famille. Il est le créateur du Carillon de l’église Saint Martin. Il est entre autres  l’auteur des « Cansous det campanè ( chansons des sonneurs d’aspet ).  Le cardinal Sourrieu ( Aspet 1825 – Rouen 1899 ), il fut évêque de Châlons en Champagne puis Archevêque de Rouen. Il fut fait cardinal par le pape Léon XIII 1877. Le cardinal Sourrieu fut un bienfaiteur pour son village natal , on lui doit la rénovation de la chapelle Miègecoste. En hommage un buste à son effigie a été placé devant l’église Saint Martin d’Aspet

Joseph Ruau, maire, député et ministre de l’agriculture. Il est à l’initiative du petit train qui relia de 1906 à 1936 Aspet à Saint Gaudens, de la construction de la mairie, d’un hôpital intercantonal etc…

 Le sculpteur américain Augustus Saint Gaudens dont le père était originaire d’Aspet. Armand Latour notaire ayant véçu au 19éme siècle , bienfaiteur du village, il légua par testament d'importantes sommes à la commune d'Aspet pour la construction d'écoles laïques dans le village.  Le Général Edouard Barès, père de l'Aviation militaire, il est originaire par sa famille de pointis inard. il s'installera à Aspet à sa retraite. Le général Jean-Louis Georgelin   ( né à Aspet le 30 août 1948)  récemment nommé chef d'état-major des armées françaises par Le président de la république M. Jacques Chirac.